[ARTICLE]Quel est notre rapport aux divertissements ?

Photo illustration théâtre avec annoce émission le poste zéro 13

Les divertissements sont-ils simplement divertissants ?

 

C’est dans cette période de confinement si particulière que la question suivante vient à se soumettre à mon esprit. Nous sommes enfermés, contraints à la prison personnelle et volontaire, et c’est dans ce moment précis, que nous avons le plus besoin de nous divertir.
Alors le divertissement est-il plus important qu’il n’y paraît pour nous ?

 

Comment pourrais-je vivre ce confinement sans les différents artistes qui offrent tout un tas de choses ? Comment pourrais-je survivre à cela si il n’y avait pas Netflix, amazon Prime Video, Disney + ? Aurait-on pu vivre ce confinement si il avait eu lieu avant l’avènement d’internet ?

 

Les artistes en première ligne.

De toutes parts, les chanteurs, les musiciens, les peintres, les danseurs, tous sans exception ont offert de leur art. Et c’est un point important qu’il faut souligner. Non pas, car c’est un cadeau, car c’est un cadeau soyons en certain, mais bien parce que cette manne artistique, et divertissante, est désormais la seule chose qui nous permet de nous raccrocher à une réalité. Notre rapport au divertissant est il une dépendance nécessaire pour survivre ?

 

Imaginaire et réel.

C’est assez troublant quand on y pense. C’est la science de l’imaginaire qui nous ramène vers la réalité. Du moins vers une réalité du passé. Cette réalité d’avant, celle où nous étions tous dehors. C’est par le divertissement que nous restons donc humains.

Il n’est pas question de regarder la qualité du divertissement ici présent, car je ne m’occupe que d’une chose, le divertissement qui vient d’artistes, et non du divertissement de masse qui serait produit au mètre. Il est donc exclu du discours une partie de la télévision, mais y inclut les films et les séries (qui ressemblent de plus en plus à des films en termes de productions et d’exigences). Il devient alors de plus en plus évident que le réel se nourrit de l’imaginaire et vice versa. Les artistes qui nous offrent ces divertissements font donc œuvre de salubrité publique, non ?

 

Le spectacle est mort ! Vive le spectacle !

Néanmoins lorsque j’y réfléchis un peu plus, tous les divertissements que nous consommons à longueur d’années sont des actions de confinement régulières et brèves. À chaque série que je regarde sur une plateforme de streaming légale, à chaque DVD d’un film que je lance sur ma télévision, à chaque petit spectacle que je peux voir sur des réseaux spécialisés, à chaque vidéo divertissante sur les Facebook et autres Instagram, nous nous confinons. C’est de nos yeux rivés sur l’absolu spectacle de nos envies dont il est question. Nous sommes absorbés, mais seul, dans les spectacles que l’on pense de plus en plus en termes de visionnage unique, de mobilité, de longueurs définies pour être facilement consommées.

Et c’est ici que nous commençons à nous enfermer dans un regard passif de nos divertissements. Le divertissement est-il un confinement régulier ? Est-on déjà confiné depuis des années au fond ?

 

Passif ? Vous avez dit passif ?

Car oui, tout autant que nous soyons spectateurs réguliers de live Facebook d’un chanteur, ou amateurs de bonnes blagues d’un autre, nous restons passifs.

Le seul spectacle qui nous émancipe de notre passivité c’est le spectacle vivant. Le plus important de tous me semble bien être le théâtre.

 

Le théâtre c’est quoi ?

Car si la question principale est de savoir quel rapport avons-nous avec le divertissement, nous pouvons nous demander quel est notre rapport à ce divertissement si particulier qui nous place comme spectateur, mais qui nous oblige à agir non plus individuellement, mais bien de manière collective avec l’ensemble des autres personnes de la salle.

Plus question de regarder brièvement un format défini sur un téléphone portable depuis sa place de métro. Là nous sommes obligés de nous déplacer, de nous réunir, de créer un égrégore spectaculaire, qui va porter la pièce que nous verrons. Et nous pourrons être certains d’une chose, le spectacle que nous verrons sera unique. Demain ne sera plus le même spectacle. Le vivant est en ce sens important, car il est unique, et c’est dans son unicité que nous inscrivons notre regard, notre humanité de groupe.

 

C’est pourquoi au poste zéro on va aller se poser la question ce mois-ci de ce que peut être le théâtre du point de vue des comédiens qui le peuplent, ou en sont issus. Pour eux quel est le regard qu’ils portent sur ce lieu, cet art, cette envie qui les anime de monter sur scène pour nous ?

Bref c’est quoi le théâtre ?

 

Avec

Robinson Denape Apprenti comédien.

Benjamin et Hadrien Duo de comédien qui tourne en France avec leur spectacle « Issue de secours ».

Benjamin et Hadrien

Mickael Lumière, Comédien et acteur, qui tourne dans les plus grosses productions françaises du moment et qui vient de finir de tourner le Biopic sur la vie de Gregory Lemarchal.

Mickael lumière

Guillaume Pixie Réalisateur, Scénariste, Comédien aguerri. Il est très actif sur Instagram et You tube où il décrypte les manies et tics des acteurs. C’est un fin observateur de son métier.

Guillaume Pixie

C’est quoi pour vous le théâtre?

 

Retrouvez le poste zéro en direct vendredi 17 Avril à 20H sur l’antenne de RadioDelta : ici

Et en podcast directement sur vos appareils en vous abonnant à nos podcasts en suivant les liens ci-dessous.

Auteur : Mitch

Mitch. Auteur, réalisateur sonore, curieux de nature. Il officie avec sa "petite histoire", chronique humoristique des anecdotes oubliées de l'histoire dans "1,2,3 soleil !", l'émission phare de la radio. Et il dirige aussi "Le poste Zéro" Une émission sonore qui fait la part belle à la réflexion. Retrouvez le tous les 3ème vendredi du mois en direct puis en podcast.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.